Home » Espionnage, Featured, Général, livres

Les espions font parler d’eux

17 décembre 2009 No Comment

hampelBon accueil médiatique pour «Ces espions venus d’ailleurs» (Stanké). Deux passages à la télévision mercredi 9 septembre 2009 (RDI et LCN). Jeudi 10, deux autres gros morceaux : entrevues avec le «morning man» Paul Arcand (98,5 FM) qui a qualifié le livre de «fascinant», puis avec Christiane Charette, à Radio-Canada qui ne voyait pas l’heure tourner. Deux incontournables le matin qui ont chacun leur style. À chaque fois ou presque, on a eu le droit à une question sur Vladislav Tretiak, la légende du hockey russe dont il est question dans notre livre.

Vous pouvez écouter ces deux entrevues, au cours desquelles Michel et moi n’employons pas vraiment un langage diplomatique.

Entrevue avec Paul Arcand, 98,5 FM

«Puisqu’il faut se lever», 98,5 FM le 10 septembre 2009.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Entrevue avec Christiane Charette, Première chaîne de Radio-Canada

Écoutez l’entrevue sur le site internet de l’émission

Depuis, Michel et moi nous partageons les entrevues à diverses radios, à raison de deux par jour minimum. À titre d’exemple, Michel a été reçu le 30 septembre dans les studios de Radio-Canada Ottawa-Gatineau, lors de l’émission du matin Bernier et cie. Pour ma part, j’ai donné une entrevue le même jour à Radio-Canada International (émission Tam Tam, 2e heure).

Dans un registre un peu différent, nous avons aussi participé à un tournage assez cocasse pour le compte de l’émission Infoman (radio-Canada). Le sympathique et provocateur animateur Jean-René Dufort nous a suivi dans les rues d’Ottawa et de Montréal à la recherchedes nids d’espions. Le reportage de presque 6 minutes a été diffusé jeudi 8 et samedi 10 octobre 2009 à la télévision d’état.

img_37661

Entrevue sous les fenêtres du Consulat de Russie à Montréal

Côté presse écrite, nos espions font leur bout de chemin. À mentionner une très belle critique dans l’hebdomadaire culturel VOIR dans laquelle Christophe Bergeron écrit que notre essai «se lit comme un John Le Carré». Il y a eu aussi une recension dans Le Devoir du 10 octobre.

«Cet essai se lit comme un John Le Carré. On se régale des détails croustillants de l’âge d’or de la guerre froide».

Entre-temps, la version anglaise «Nest of spies», publiée chez HarperCollins, a débarqué dans les librairies du Canada le 12 septembre. Plusieurs journaux, dont le Ottawa Citizen, s’en sont largement fait l’écho. Mentionnons que cette édition est désormais introuvable en librairie. Une version en format poche devrait sortir au printemps 2010.

Fabrice de Pierrebourg